lundi 13 juillet 2009

Tous les Potes de Georges




Bonjour à tous, voilà quelques temps déjà que
Les Potes de Georges se sont retrouvés dans
cette cour d'Aubervilliers, et que vous avez été
36 à être venu participer à ce pique-nique\spectacle.
J'aime bien ce chiffre, il pourrait être l'un des
nombreux chiffres sortant de la bouche de Georges !
Un chiffre comme 3, pour 3 ans; c'est la durée qu'il m'a fallu pour
mûrir ce projet, rassembler les personnes qu'il fallait
et d'en faire quelquechose que j'ai envie de défendre
sans hésitation aucune.

Un autre chiffre comme 18 par exemple, c'est le nombre
de personnes, toutes bénévoles, qui chacun à leur manière,
m'ont aidé et ont apporté au cours de ces trois années une pierre
à l'édifice du spectacle :
Bruno Tesse, Doriane Aixandry , Fabienne Touzi Dit Terzi,
Audrey Garcia, Olga Orlenko, Ida Karvn, Nicolas Bouret,
Laurent Segelle, Daman Chambon, Renaud Mazotti,
Michel Ploix, Delphine Sénard, Jean Gab, Cyrille Massy
Marité Coutard, Christophe Pasquet, Pascal Fritsch, Jérome Clauss et Audrey Lacabane.
Je tiens à les remercier du fond du coeur, car sans eux,
ce projet ne serait pas allé là où il en est aujourd'hui.

En attendant, vous aurez bientôt (j'espère) de nos nouvelles,
avec des photos prises pendant le montage, des instants de travail
ou des moments de détente des uns et des autres,
parmi Georges, Raymond, La Mort, Francis et le #!!# de coq.

A très bientôt, donc.

mardi 2 juin 2009

Les potes de Georges




Ca y est, le spectacle est remis de marche !
Il aura lieu le 27 juin, à Aubervilliers, aux portes de Paris.
(Attention, la date a été modifiée, à vos agendas).

Pour ceux qui le découvriront, il s'agit d'un format moyen (entre 20 et 30 min) avec des marionnettes de table, en mousse et latex.
Entre deux numéros de cirque et trois coup de gnôle, Georges et son pote de toujours Raymond, partagent goulûment la ripaille et les cascades en tout genre,  à 83 ans et demi passés. C'est pour eux tous les jours la fête et la bidonnade, et même la mort se tue à la tâche pour essayer de les mettre au pas !
Pour ceux qui ont pu le voir à Argenteuil, ils découvriront un nouveau personnage, venu pour des interventions musclées, et pas des moindres.
Spectacle vivant oblige, l'histoire évolue dans le temps, les détails sont peaufinés, voire même des changements radicaux qui font rebondir de plus haut !
 
Un nouveau venu dans l'équipe également, Nicolas Bouret, à la lumière, un de mes comparses, de l'équipe "Puppet et décors" sur le spectacle le Roi Lion, à Mogador, où je travaille de temps à autre.
Sinon, Bruno Tesse est évidemment-là  avec moi, aux marionnettes ( et l'affiche est de lui), Fabienne Touzi Dit Terzi surveille les costumes, Audrey Garcia s'occupe de nos tenues; sinon, quelques coups de mains par-ci par-là par de nombreuses personnes, comme  la signalétique du lieu, réalisé avec la complicité de Daman Chambon, 9 ans et demi... Le montage est en cours, et les aides à la rescousse ne vont pas manquer !

Le prix d'entrée consiste en un troc, loin d'être désagréable, car le concept de la soirée, c'est un Piqu'estacle ! (Traduction : Pique nique + spectacle). Vous amenez un petit baluchon avec un petit peu de victuailles et boisson, et tous ensemble, nous ferons un pique nique sur gazon, devant Georges et ses potes !  

Vous pouvez dès à présent réserver par mail: georgespuppet@gmail.com
ou par téléphone: 06 74 45 66 54

Dépêchez-vous, car nombre de place limité
et représentation unique ! 

lundi 11 mai 2009

Restauration sun nobi tanto




Voilà un autre exemple de lame qui est passée dans l'atelier et que j'aime beaucoup.
Ici, la restauration a été légère, car il manquait simplement deux élément à la poignée, un des deux certissages en cuivre autours du mekugi (la goupille en bambou qui maintient la lame dans la poignée), ainsi qu'un des deux "clous" en cuivre et en forme de fleurs (?), qui fixent le kashira (embout métallique sur la poignée).
Le polissage d'origine était magnifique mais malheureusement entâché de rayures transversales:



J'ai tout de même voulu préserver le maximum de la beauté de ce polissage tout en essayant de réduire la présence de ces lignes qui heureusement n'étaient pas trop profondes, pour la plupart.
J'ai donc masqué avec une laque le hamon qui bénéficie d'un blanchiment superbe, et j'ai travaillé le ji (la partie au dessus de la ligne de trempe) simplement avec un coton (ouwemata) et du nugui, une solution de particules fines d'oxyde de fer mélangées à de l'huile de choji (clou de girofle), avec adjonction de poudre fine de pierre de polissage... Un petit mélange maison.
Une fois le résultat obtenu, j'ai retiré la laque de masquage avec un dissolvant.

Après restauration, je crois qu'il en est resté quelques rayures très courtes, mais gravées trop profondément. Je ne voulais en aucun cas repartir à zéro sur un polissage complet, car cette lame est restée de nombreuses années à l'abri dans une malle, et le polissage précédent a été fait au Japon sans aucun doute et il n'est pas récent du tout ! Mais on pouvait encore voir toutes les subtilités de l'acier.
Le terme "sun nobi tanto" signifie un tanto (une petite lame) de plus de trente centimètres.
On qualifie souvent ce genre de lame de wakisashi ( sabre moyen), mais j'ai l'impression que l'appellation est peu mouvante, suivant la personne.

La lame est signée par un forgeron nommé Nobukuni.

mardi 28 avril 2009

Polissage de sabre japonais ou togi


Voilà un peu de sabre japonais, il s'agit de la première lame que j'ai poli pour quelqu'un. Le travail remonte à 2007.
Auparavant, je n'avais travaillé uniquement sur des lames m'appartenant.

Coup de bol pour ce premier polissage pour quelqu'un: l'acier était ni trop dur, ni trop tendre, et simplement assombri par le temps et une oxydation légère mais sans rouille.
Sans aller sur des opérations lourdes d'enlèvement de matières, cela me laissait plus de chances pour aller vers un résultat plaisant, et mon soucis était de rendre belle cette lame, en révélant entre autres les subtilités de son acier.
Par subtilités j'entends le hada, c'est-à-dire le motif laissé par le mode de repliage de l'acier (qui laisse comme des veines de bois sur la surface), ainsi que le hamon, à savoir la ligne de trempe.
Pour le hamon, j'ai quand même eu du mal, il m'a fallu que je m'y reprenne à deux fois pour le blanchiment de cette partie, qui se fait par l'utilisation d'hazuya, c'est à dire la dernière pierre de polissage.
Ici le travail a consisté à travailler l'acier sur les trois dernières pierres du togi ( première phase de travail) et tout le shiage (deuxième phase).
90% des outils que j'utilise pour le polissage japonais sont des pierres naturelles ou de synthèse, originaires du Japon. J'ai bien sûr essayé ça et là des pierres occidentales, mais pour l'instant je n'ai rien trouvé d'équivalent aux pierres traditionnelles. Petite anecdote : certaines pierres destinées à cet usage, peuvent valoir le prix d'une maison ! Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas le cas des miennes.
Mais bon, étant donné qu'on a toujours besoin de la pierre que l'on a pas encore, ça peut aller vite...
Par contre je ne pourrai pas vous expliquer comment se déroule le polissage, ce blog n'a pas été prévu pour ça; et, n'étant ni maître polisseur, ni prof de polissage, j'aurai beaucoup de mal.

Ici on a affaire à une lame de tanto, forgée au 19ème siècle.
La soie (partie brune logée dans la poignée) est signée et datée, par contre je n'ai pas pris le temps de prendre des photos de sa monture, elle était de toute beauté, avec des libellules sur le fourreau, sur une laque striée.

dimanche 26 avril 2009

Spectacle en cours de création

Bon on commence gentiement ce blog avec une preview de ce projet de spectacle, une forme courte de marionnette (comme un court-métrage, mais au théâtre, quoi).
Ca s'appelle "Georges et Raymond", je l'écris avec mon vieux comparse Bruno Tesse, que je connais depuis le lycée. Je lui ai proposé il y a 2 ans de ça, le concept du quotidien de 2 petits vieux un peu branques et facétieux, en marionnette, et ça lui a plu. Ensemble on a développé le projet à tous les niveaux. Là-dessus les costumes des marionnettes on été confiés à Fabienne Touzi Dit Terzi et le spectacle est né un 22 avril 2007 à 20h30 à Argenteuil, à l'occasion du Cabaret du 4. Les parrains sont donc Delphine Sénard et Jean Gab, gentils organisateurs de cet évènement.
Mais, me direz-vous, pourquoi parler un spectacle qui a déjà 2 ans ?
Et bien, vous répondrai-je, je dirai simplement qu'on a eu la chance de le jouer 4 fois, les 4 fois ont été riches en cascades rigolades et plaisir, déjà pour nous; mais ensuite nous avions tous trois d'autres chats à fouetter: Bruno un livre à publier, Fabienne ses chapeaux et moi mon atelier de sabres à développer, donc le projet a été mis à l'abri, les marionnettes dans une vitrine.
Mais.....
On en rediscute parfois, on en a tous envie et c'est en fait juste une question de temps à accorder, suivant les possibilités. Et il ne demande qu'à repéter de tous les feux !

samedi 25 avril 2009

Ouverture

Eh bien bonjour, ça y est, 
ça commence, cela faisait un moment que je voulais faire
quelque chose pour montrer que je fais, c'est en marche !
Etant lecteur régulier de quelques blogs d'artistes, dessinateur ou plasticien,
Je trouvais l'idée sympa...
Je travaille à la création d'un site, mais l'idée d'un blog
comme carnet de notes ou de voyage
est loin de me déplaire, j'adore remplir des carnets
de notes, dessins, idées en vrac.
Encore fallait-il que je me prenne par la peau des fesses
et que je me lance dans l'aventure.
Et bien allez, on y va !
à très vite.

Orel