mercredi 23 décembre 2015

Création d'un koshirae pour un katana.

Création originale d'un katana pour un ami, pratiquant de Iaïdo.


Saya renforcé en saménori. Laquage urushi (laque naturelle japonaise), un anneau sculpté et un anneau incrusté de nacre.
Kojiri forgé en cuivre patiné noir, forgé par Pablo Nasca.
Sageo en soie naturelle, piquée à la main.

Original creation of a katana for a friend, practicing Iaido.
Saya reinforced with saménori. Lacquering urushi (Japanese natural lacquer), a ring carved and an other inlaid with mother of pearl ring.
Kojiri forged black patinated copper, forged by Pablo Nasca.
Sageo natural silk, stitched by hand.









Polissage de la lame et restauration du koshirae d'un Ko wakisashi

 Le saya est recouvert de cuir grenelé.
 Le kozuka est de la période Edo.
La tsuka est tressée en soie naturelle.
 Les menukis en forme de feuille de Chène, sur un samé laqué.
 La lame provient d'un tachi raccourci, période probablement milieu Koto.

Le hamon est en suguha, et le hada d'un beau masamé.

dimanche 10 mai 2015

Koshirae de katana, travail accompli.

Nouvelle monture pour une lame ancienne, province de Mino.
Laque en urushi, reliefs donnés par yoshinogami (papier de riz) et poudre de pierre de polissage.
Les particules brillantes sont de l'acier des sabres japonais que j'ai poli durant des années.

New mounting for an old sword, province of Mino.
Urushi lacquer, the reliefs given by yoshinogami (rice paper) and polishing stone powder.
The bright particles are steel of Japanese swords I polished for years.



Le kojiri est en cuivre forgé par Pablo Nasca, http://www.pablonasca.tumblr.com/

The Kojiri is copper forged by Pablo Nasca,  http://www.pablonasca.tumblr.com/



Le samé vient de l'ancienne poignée et a été recollée grain par grain sur certaines parties.

The samé comes from the ancient handle and was glued grain by grain on some parts.



Particules d'acier.

Steel particles.




vendredi 8 mai 2015

Tsukamaki, travail complété.

Tressage de la poignée de katana, en soie naturelle du Japon. Ishigami (triangles de papier) en washi (papier de mûrier), calés sous la tresse.

Ending the wrapping of an handle of katana, in natural japanese silk. Traditionnal paper under the wrapping.













vendredi 1 mai 2015

Création d'une tsuka originale

Travail en cours d'une tsuka (poignée).

Work in progress of a tsuka (handle).




Bois utilisé, tilleul assez dense. Le tilleul comme le magnolia, peuvent d'un arbre à l'autre être plus ou moins tendre, cela dépend de la façon dont ils ont poussé. Les deux peuvent être utilisés pour les montures, ils n'altéreront pas l'acier des lames.
Ici le design de la poignée est une nouveauté pour moi, de fait je la travaille comme un prototype, avec beaucoup de préparations, réflexions et d'essais.

Wood used, linden dense. Linden as magnolia, can from one tree to the other more or less tender, it depends on how they are grown. Both can be used for the mountings of swords, they do not adversely affect the steel blades.
Here the design of the handle is new to me, in fact I work as a prototype, with many preparations, reflections and essays.




Deux petits renforts en samé retourné pour caler le kashira.

Two small reinforcements of samé returned to wedge the Kashira.




Samé intégral sur toute la tsuka.

Full wrapping of samé on the tsuka.


Urushi (laque naturelle japonaise). Ici je viens de l'appliquer, elle est encore translucide.

Urushi (Japanese natural lacquer). Here I have just applied it, so it is still translucent.



Ici deux couches d'urushi rouge brossé sur le haut des nodules du samé et un premier essai de tressage, pour voir si tout va bien.

Here two layers of red urushi brushed on the top of the nodules of the samé, and braiding a first test to see if everything is fine.


J'ai décidé de renforcer la couleur pour les plus gros nodules, avec de la laque de cachou rouge vif.

I decided to reinforce the color for larger nodules, with cashew lacquer bright red.