mardi 28 avril 2009

Polissage de sabre japonais ou togi


Voilà un peu de sabre japonais, il s'agit de la première lame que j'ai poli pour quelqu'un. Le travail remonte à 2007.
Auparavant, je n'avais travaillé uniquement sur des lames m'appartenant.

Coup de bol pour ce premier polissage pour quelqu'un: l'acier était ni trop dur, ni trop tendre, et simplement assombri par le temps et une oxydation légère mais sans rouille.
Sans aller sur des opérations lourdes d'enlèvement de matières, cela me laissait plus de chances pour aller vers un résultat plaisant, et mon soucis était de rendre belle cette lame, en révélant entre autres les subtilités de son acier.
Par subtilités j'entends le hada, c'est-à-dire le motif laissé par le mode de repliage de l'acier (qui laisse comme des veines de bois sur la surface), ainsi que le hamon, à savoir la ligne de trempe.
Pour le hamon, j'ai quand même eu du mal, il m'a fallu que je m'y reprenne à deux fois pour le blanchiment de cette partie, qui se fait par l'utilisation d'hazuya, c'est à dire la dernière pierre de polissage.
Ici le travail a consisté à travailler l'acier sur les trois dernières pierres du togi ( première phase de travail) et tout le shiage (deuxième phase).
90% des outils que j'utilise pour le polissage japonais sont des pierres naturelles ou de synthèse, originaires du Japon. J'ai bien sûr essayé ça et là des pierres occidentales, mais pour l'instant je n'ai rien trouvé d'équivalent aux pierres traditionnelles. Petite anecdote : certaines pierres destinées à cet usage, peuvent valoir le prix d'une maison ! Je vous rassure tout de suite, ce n'est pas le cas des miennes.
Mais bon, étant donné qu'on a toujours besoin de la pierre que l'on a pas encore, ça peut aller vite...
Par contre je ne pourrai pas vous expliquer comment se déroule le polissage, ce blog n'a pas été prévu pour ça; et, n'étant ni maître polisseur, ni prof de polissage, j'aurai beaucoup de mal.

Ici on a affaire à une lame de tanto, forgée au 19ème siècle.
La soie (partie brune logée dans la poignée) est signée et datée, par contre je n'ai pas pris le temps de prendre des photos de sa monture, elle était de toute beauté, avec des libellules sur le fourreau, sur une laque striée.

dimanche 26 avril 2009

Spectacle en cours de création

Bon on commence gentiement ce blog avec une preview de ce projet de spectacle, une forme courte de marionnette (comme un court-métrage, mais au théâtre, quoi).
Ca s'appelle "Georges et Raymond", je l'écris avec mon vieux comparse Bruno Tesse, que je connais depuis le lycée. Je lui ai proposé il y a 2 ans de ça, le concept du quotidien de 2 petits vieux un peu branques et facétieux, en marionnette, et ça lui a plu. Ensemble on a développé le projet à tous les niveaux. Là-dessus les costumes des marionnettes on été confiés à Fabienne Touzi Dit Terzi et le spectacle est né un 22 avril 2007 à 20h30 à Argenteuil, à l'occasion du Cabaret du 4. Les parrains sont donc Delphine Sénard et Jean Gab, gentils organisateurs de cet évènement.
Mais, me direz-vous, pourquoi parler un spectacle qui a déjà 2 ans ?
Et bien, vous répondrai-je, je dirai simplement qu'on a eu la chance de le jouer 4 fois, les 4 fois ont été riches en cascades rigolades et plaisir, déjà pour nous; mais ensuite nous avions tous trois d'autres chats à fouetter: Bruno un livre à publier, Fabienne ses chapeaux et moi mon atelier de sabres à développer, donc le projet a été mis à l'abri, les marionnettes dans une vitrine.
Mais.....
On en rediscute parfois, on en a tous envie et c'est en fait juste une question de temps à accorder, suivant les possibilités. Et il ne demande qu'à repéter de tous les feux !

samedi 25 avril 2009

Ouverture

Eh bien bonjour, ça y est, 
ça commence, cela faisait un moment que je voulais faire
quelque chose pour montrer que je fais, c'est en marche !
Etant lecteur régulier de quelques blogs d'artistes, dessinateur ou plasticien,
Je trouvais l'idée sympa...
Je travaille à la création d'un site, mais l'idée d'un blog
comme carnet de notes ou de voyage
est loin de me déplaire, j'adore remplir des carnets
de notes, dessins, idées en vrac.
Encore fallait-il que je me prenne par la peau des fesses
et que je me lance dans l'aventure.
Et bien allez, on y va !
à très vite.

Orel